Riruka

Riruka (リルカ) est un personnage tertiaire de la série TV Dragon Ball GT. Sur la planète Imegga, cette vieille femme son mari, Esuka, offrent un repas à Gokū et les siens.

Elle mit au courant nos héros de l’existence de Redjic, le garde du corps de Don Kiā.[1]

 

Signification du nom

Riruka (リルカ) est l’anagramme de « Kariru » (借りる) qui signifie « emprunter » en japonais. On reste dans le domaine du commerce, avec les Imeggans.

 

Apparence physique

Première apparition de Riruka

Première apparition de Riruka

C’est une petite bonne femme ronde et au visage sympathique.

Très petite comparée à son mari, Esuka, elle est donc assez rondouillarde (alors que lui est maigre), ce qui lui confère une visage bon-enfant.

Riruka est vêtue de la même manière que la plupart des Imeggans, à savoir qu’elle porte un turban sur la tête (de couleur bleue), un haut rose, un gilet jaune-marron, une jupe violette et des chaussures marrons semblables à celles des Nameks.

Elle a aussi de petites oreilles pointues, des cheveux bleus et une peau pâle légèrement bleuté.

Comme il s’agit d’une personne âgée, son visage est plutôt ridé et elle ne possède pas de cils apparents. Ces sourcils sont de la même couleur que ses cheveux.

 

Personnalité

La générosité de Riruka

La générosité de Riruka

Elle est deux fois plus petite que son mari, mais elle sait se défendre. Lorsque Gokū, Trunks et Pan atterrissent chez elle en tombant par le plafond de sa maison, Riruka prend peur et se protège avec un balais, tandis que son mari se cache derrière elle.

Après avoir réalisé que Pan et les siens ne tentaient pas de les berner et semblaient être de bonnes personnes, Riruka change d’attitude et invite nos héros à souper.

Bien qu’ayant peu de moyens, à cause de la terrible politique du dictateur Don Kiā, cette vieil femme n’hésites pas à offrir son repas à des inconnus, car elle est naturellement généreuse.

C’est elle qui informe Gokū et ses proches de l’existence de Redjic, le mercenaire aux services du tyran de la planète Imegga.

 

Biographie

Riruka et Esuka tentent de se défendre

Riruka et Esuka tentent de se défendre

Elle n’apparaît que dans l’épisode 05 de Dragon Ball GT. Dans cet épisode Gokū, Trunks et Pan tentent de fuir la police de la planète Imegga et s’enfuient par les toits.

Mais Pan traverse le plafond de la maison de Riruka et emporte avec elle Gokū et Trunks. Lorsque les trois Saiyans se relèvent, Riruka rase les murs, un balais à la main, avec son mari derrière elle.

Le trio tente d’argumenter qu’ils ne sont pas de mauvaises personnes et qu’ils sont désolés pour le toit, mais face à la crainte des autochtones, ils lâchent l’affaire rapidement et repartent.

Mais Riruka les retient et les invite à souper, en réalisant qu’ils ne sont pas de mauvaises personnes.

Riruka invite Gokū et les siens à souper

Riruka invite Gokū et les siens à souper

Elle et son mari, expliquent que Don Kiā confisque les vaisseaux spatiaux afin de retenir les gens sur la planète Imegga. Riruka et Esuka sont également deux extraterrestres arrivés sur la planète Imegga et qui se sont vus confisquer leur vaisseau spatial. Ils ne peuvent donc plus retourner sur leur planète.

Lorsque Pan suggère de mettre une bonne raclée à Don Kiā pour régler le problème, Riruka explique qu’ils ne peuvent pas car le dictateur est protégé par un guerrier nommé Redjic.

Lorsque Pan réalise que Riruka leur a offert leur propre repas et qu’ils n’auront rien à manger, elle prend la décision de partir régler le cas de Don Kiā sur le champ.

Riruka s’inquiète pour le trio, mais la petite fille de Gokū la rassure en lui expliquant qu’ils sont tous très forts.

Après leur victoire sur Don Kiā, le groupe de Gokū revient avec les contrats de locations signés par les Imeggans, ainsi que les vaisseaux spatiaux confisqués. Riruka et son mari ont ainsi pu récupérer leurs biens.

Malgré tout, à la fin de la série, on peut la voir avec son mari sur la planète Imegga, en train de donner son énergie pour aider à l’élaboration du Super Genkidama de Gokū.

 

Doublages et voix

 

Références