Ebifuryā

Ebifuryā (エビフリャー) est un ennemi secondaire apparaissant dans le film Dragon Ball Z : Le type le plus fort du monde, sorti en mars 1990 au Japon.

Ce guerrier fut créé par le docteur Kōchin, expert en biotechnologie.[1]

 

Vue d’ensemble

Signification du nom

« Ebifuryā » (エビフリャー) dérive du mot « Ebi Furai » (海老フライ) qui signifie « crevettes frites ».

 

Caractéristiques

Ebifuryā

Cet Humain Artificiel de forte constitution a une peau légèrement rosée et ne parle pas souvent.[1]

Il est plutôt grand et arbore de longs cheveux rouges coiffés en crête sur le dessus du crâne et attachés à l’arrière.

Ebifuryā a aussi une sorte d’armure noire avec des pics, qui ne recouvre que son torse. Son abdomen et ses bras restent apparents, de même que ses jambes.

Il porte une sorte de couche qu’on pourrait apparenter à un Mawashi jaune à l’entre-jambe, au dessus d’un slip noir, et a des bottes rouges aux pieds, avec de grandes chaussettes bleues.

Son visage très carré est totalement dépourvu de sourcils et on peut dire qu’il a vraiment des traits tirés. Il a également des oreilles pointues.

 

Biographie

Ebifuryā, lors de la capture de Piccolo

Ebifuryā, lors de la capture de Piccolo

Ebifuryā participe à la « capture » de Piccolo au tout début du film, en compagnie de Misokattsun et Kishīmé, les deux autres guerriers bioniques conçus par le Dr. Kōchin.

Alors que Piccolo se débarrasse facilement des Biomen venus nuire à Gohan et Oolong, il est soudainement paralysé après avoir aperçu les trois guerriers bioniques autour de lui.

Plus tard, Ebifuryā, Misokattsun et Kishīmé sont présentés par le Dr. Kōchin. Lorsque celui-ci les fait combattre Muten Rōshi, afin de tester ses capacités et d’évaluer s’il est bien l’homme le plus fort du monde, qui servira de réceptacle pour le cerveau du Dr. Uirō.

Ebifuryā contre Kamé Sennin

Ebifuryā contre Kamé Sennin

Mais en dépit des talents de maître en arts martiaux de Muten Rōshi, les trois guerriers bioniques sont bien trop forts et il ne peut pas résister bien longtemps.

Par la suite, Ebifuryā apparaît devant Son Gokū, qui s’est introduit dans la forteresse du Dr. Uirō pour libérer ses amis, Bulma et Kamé Sennin.

Après que le Saiyan ait vaincu Misokattsun à l’aide du Kaiōken, il affronte maintenant Ebifuryā, qu’il met à terre en un seul coup de coude en plein visage. Mais le guerrier bionique se relève et est aidé dans son combat par Kishīmé, qui donne du fil à retordre à Gokū avec ses disparitions intempestives et sa capacité à électrifier.

Ebifuryā, vaincu par Son Gokū

Ebifuryā, vaincu par Son Gokū

Il permet même à Ebifuryā de lancer son Tōketsuken, une attaque qui gèle littéralement Gokū sur place. Alors qu’il s’apprêtait à l’achever, Kuririn et Gohan interviennent devant Ebifuryā.

Mais Kishīmé vient les électrocuter et Ebifuryā en profite pour les geler à leur tour. Décidément, ces deux-là font la paire !

Ne pouvant plus bouger, Gokū décide d’utiliser le Kaiōken et se libère de la glace. Il assène ensuite un puissant coup de poing à Ebifuryā, qui traverse la pièce et s’écrase dans un mur, avant d’aller achever Kishīmé.

En utilisant le Kaiōken, Gokū put se débarrasser facilement des trois guerriers bioniques conçus par le Dr. Kōchin.

 

Pouvoir

La force de combat d'Ebifuryā

La force de combat d’Ebifuryā

Le pamphlet du film Dragon Ball Z : La super bataille décisive autour de la Terre, qui est le film suivant, dévoile plusieurs forces de combat, dont celle d’Ebifuryā, qui est évaluée à 7500.

Dans le film, Ebifuryā prouve qu’il est plus fort que Kamé Sennin, mais il n’est pas de taille contre Gokū, surtout après que celui-ci ait exécuté le Kaiōken pour se défaire de son Tōketsuken.

Gokū bat Ebifuryā en un seul coup de poing, lorsqu’il utilise le Kaiōken.

 

Techniques

    Le Tōketsuken d'Ebifuryā

    Le Tōketsuken d’Ebifuryā

  • Bukūjutsu : Ebifuryā a la capacité de voler dans le jeu d’arcade Dragon Ball Heroes, bien qu’on ne le voit pas utiliser cette technique dans le film.
  • Kikōha : Technique de base utilisant le Ki. Il l’utilise dans Dragon Ball Heroes.
  • Tōketsuken : En utilisant ses deux mains, il peut emprisonner toute chose dans une glace très solide dont il est difficile de se défaire une fois prisonnier.[1] Cette technique est nommée par le Dr. Kōchin.

 

Apparitions dans les jeux vidéo

Ebifuryā dans Dragon Ball Heroes

Ebifuryā dans Dragon Ball Heroes

Ebifuryā apparaît uniquement dans Dragon Ball Heroes, le jeu d’arcade de Bandai qui se joue à l’aide de cartes à jouer, ainsi que dans sa dernière adaptation sur Nintendo 3DS.

Il apparaît à partir de la Jaakuryū Mission 6 (JM6), en compagnie de Misokattsun, Kishīmé, mais également du Dr. Uirō, des Biomen et de Piccolo contrôlé par l’esprit.

En outre, Sū Shinron (qui était justement incarné par Ken Yamaguchi, le même seiyū qu’Ebifuryā) apparaît aussi dans cette série, mais celui-ci récupère bien la voix de son seiyū original, grâce aux samples du jeu Sparking! Meteor (Budokai Tenkaichi 3) dans lequel il apparaissait, ce qui n’est pas le cas d’Ebifuryā, qui a droit à un nouveau seiyū dans Dragon Ball Heroes, puisque Ken Yamaguchi nous a quitté le 24 octobre 2011, soit 3 ans avant la sortie de cette série.

Xeno Trunks et Ma Junior font aussi partie des nouveaux personnages jouables qui rejoignent Dragon Ball Heroes avec cette série.

 

Doublages et voix

  • Version originale japonaise : Ken Yamaguchi (DBZ Film 02)
  • Doublages anglais :
    • Ocean Group : Don Brown
    • FUNimation : Matthew Tompkins
  • Doublage français : Frédéric Bouraly
  • Doublage brésilien portugais : Wellington Lima

 

Anecdotes

    Ebifuryā sur l'affiche du film 12

    Ebifuryā sur l’affiche du film 12

  • Lorsque Ebifuryā attaque Kuririn et Gohan avec son Tōketsuken, il finit la phrase du Dr. Kōchin, qui dit « Jama suruna » (« N’interférez pas ! ») en version originale japonaise. Mais au moment où c’est à Ebifuryā de parler, c’est la voix de Kōchin que l’on entend.
  • Ebifuryā apparaît sur l’affiche du film Dragon Ball Z : La fusion de la résurrection !! Gokū et Vegeta, avec d’anciens ennemis qui s’échappent de l’Enfer, comme Coola, les Biomen, Dodoria ou encore Slug. Mais aucun de ceux-là n’apparaissent dans le film.

 

Références