Forces de combat

Sur ces pages nous révèleront toutes les forces de combat connues dans Dragon Ball, avec leurs sources officielles. Les forces de combat appelées « Sentō Ryoku » (戦闘力) en japonais ou encore « Sentō Nōryoku » (戦闘能力), c’est-à-dire « capacité de combat », sont des mesures plus ou moins précises de la puissance d’un être vivant.

Raditz apporte avec lui les forces de combat

Raditz apporte avec lui les forces de combat

Cette notion apparaît pour la toute première fois dans le chapitre 195 de Dragon Ball, avec l’arrivée de Raditz. On découvre ainsi le scouter, un appareil qu’utilisent les Saiyans et les hommes de Freeza pour mesurer la force d’un adversaire. Ces scouters ont aussi des limites, ainsi les plus anciens modèles explosent au-delà de 21 000. Les nouveaux modèles, eux, semblent plus résistants.

La notion de « mesure de force de combat » disparaît ensuite de Dragon Ball, avec l’Arc Namek. Plus tard dans le manga, une autre mesure de puissance fera son apparition avec le groupe de Babidi, mais il s’agira dans ce cas précis d’une notion plus vague de mesure du Ki, qui ne se développera pas outre mesure.

Mais comment est née cette idée de pouvoir mesurer la force d’un personnage ? Eh bien, cette idée n’est pas nouvelle, puisque les japonais en raffolent, de même que de nombreux fans de manga du monde entier. Car une telle indication permet au lecteur de facilement comprendre le rapport de force qu’il y a entre les personnages : qui est le plus fort, qui l’est moins.

Le manga Tstuwan Atom d'Osamu Tezuka

Le manga Tstuwan Atom d’Osamu Tezuka

Dans de nombreux show TV au Japon, on retrouve ce genre d’indication, comme par exemple dans les séries de Kaijū, où l’on s’amuse à indiquer le degré de puissance d’une attaque d’un monstre géant. Dans Tetsuwan Atom (Astro Boy) de Osamu Tezuka, la force du petit robot était également mesurée en « HP » (Horsepower). Plus tard, dans Kinnikuman on retrouve aussi la mesure des forces de combat des combattants, avec une unité de mesure appelée « Chōjin Kyōdo » (degré de force surhumaine).

À l’instar de Dragon Ball, cette unité de mesure est souvent traduite par « Battle Power » dans les adaptations anglo-saxonnes de ces deux œuvres. Saint Seiya introduira également son manga avec ce type de rapports de forces. Outre les différentes Clothes qui permettent au lecteur de comprendre le rapport de force qu’il y a entre les différentes castes de Saints (chevaliers), le Galaxian Wars, tournoi des Saints de Bronze qui introduit le manga, nous dévoile la puissance des attaques des combattants en les mesurant en Kilos (KGW).

Dans DB, à partir de l’Arc Saiyans, Akira Toriyama a un nouvel éditeur au sein de la Shūeisha. C’est Yū Kondō, qui remplace Kazuhiko Torishima (qui l’avait suivit du début, jusqu’au 23ème Tenka ichi Budōkai). Et c’est justement à partir de cette période que Toriyama introduira de nombreux éléments scénaristiques supplémentaires qui tenteront d’améliorer encore plus la popularité de Dragon Ball.
On découvre ainsi Son Gohan, le fils de Son Gokū, l’arrivée d’extraterrestres encore plus forts, Gokū et Piccolo s’allient pour combattre Raditz, Gokū meurt, on découvre qu’il n’est pas originaire de la Terre, etc.

Cet Arc est ainsi l’occasion d’introduire de nouveaux combats et cette idée est de Kondō. En effet, l’éditeur a suggéré à Akira Toriyama l’idée qu’un manga de combat doit inclure une escalade d’affrontements toujours plus spectaculaires. On ne sait cependant pas si l’idée précise des forces de combat lui a été inspirée par son éditeur. Même si l’on connait beaucoup de choses sur la naissance de Dragon Ball, à travers les diverses interviews que l’auteur a donné, il ne fait jamais mention des forces de combat.

L'énergie vitale est baptisée "Kiri" par Babidi et son groupe

L’énergie vitale est baptisée « Kiri » par Babidi et son groupe

Après la période Freeza cette mesure se perd, mais la capacité de ressentir le Ki détenue par nos héros nous permet constamment de connaître les rapports de force qu’il y a entre les personnages. Ainsi, plus un Ki est élevé, plus le personnage est puissant. La mesure de « force de combat » est d’ailleurs basée sur le Ki dégagé par les combattants.

Le Ki étant l’énergie vitale, plus il diminue, plus le combattant est proche de la mort et au contraire, plus il augmente, plus le guerrier déborde d’énergie et de puissance.
L’unité de mesure appelée « Kiri » qu’utilise Babidi est aussi basée sur ce qu’il appelle « Enerugī », l’énergie en somme. Même si la mesure est très différente de la traditionnelle « force de combat » du groupe de Freeza, on retrouve là encore la mesure du Ki.
 

Toutes les forces de combat