Dieu de la destruction

Les Dieux de la Destruction (破壊神, Hakaishin) sont des dieux dont le rôle est de détruire des planètes, à l’opposé des Kaiōshins, qui sont les dieux de la création et dont la tâche et de créer des planètes et de la vie. Ils servent ainsi à maintenir un certain équilibre dans l’Univers.[1]

 

Vue d’ensemble

Les dieux de la destruction jumeaux

Les dieux de la destruction jumeaux

Il existe autant de dieux de la destruction qu’il existe d’Univers, dans Dragon Ball. Au total on compte 12 Univers, qui fonctionnent tous par paire. L’Univers 7 (dans lequel vivent Son Gokū et ses amis) et l’Univers 6 sont jumeaux, par exemple. Les dieux de la destruction de ces deux Univers sont d’ailleurs de vrais jumeaux. Il s’agit de Beerus et Champa.

Tous les mille ans, les dieux de la destruction et les Kaiōshins se réunissent pour discuter. Ils alternent les visites en se rendant un coup chez les uns, un coup chez les autres.[2]

Durant l’une de ces réunions, le dieu de la destruction de l’Univers 7, Beerus, enferma le vieux Kaiōshin dans la Z-Sword, après un excès de colère.[2]

Beerus dans Dragon Ball Z : Battle of Gods

Beerus dans Dragon Ball Z : Battle of Gods

Le dieu de la destruction, Beerus, apparaît comme l’antagoniste principal du film Dragon Ball Z : Battle of Gods et du premier Arc de la série TV Dragon Ball Super et du manga du même nom.

Chaque dieu de la destruction possède un ange qui lui sert attendant. Dans le cas de Beerus il s’agit de Whis, qui est aussi son mentor, et dans le cas de Champa il s’agit de Vados, la grande-soeur de Whis.

La Terre étant une planète qui se retrouve à la fois dans l’Univers 7 et l’Univers 6, il en existe deux versions, chacune régit par le dieu de la destruction de l’Univers auquel elle appartient.

Champa et son assistante, Vados

Champa et son assistante, Vados

Le dieu de la destruction, Beerus, menaça de détruire la Terre de son Univers, mais il se résolu finalement à la laisser en paix, après avoir rencontré Gokū et ses amis et surtout après avoir goutté aux délicieux mets qu’elle abritait.

Le dieu de la destruction de l’Univers 6, Champa, lui, aurait voulu goûter à ces mets délicieux mais la Terre de son Univers fut dévastée. Il met alors en jeu les Super Dragon Balls qu’il a réuni contre la Terre de l’Univers 7, au cours d’un tournoi d’arts martiaux qui oppose 5 combattants de l’Univers 6 contre 5 combattants de l’Univers 7.

En plus d’être lié aux Kaiōshins pour maintenir l’équilibre de l’Univers, le dieu de la destruction est également lié aux Kaiōshins de manière plus directe, puisque si le Kaiōshin en charge est tué le dieu de la destruction meurt également. Ainsi, avec la disparition du Kaiōshin de l’Est dans le monde de Trunks du futur, Beerus disparut également.[3]

Tous les dieux de la destructions et les Kaiōshins sont sous les ordres de Zen’ō, le roi absolu et dieu de tous les Univers. C’est le seul Être capable de détruire un ou plusieurs Univers entiers comme bon lui semble.

Dans le monde présent, Zen’ō et Zen’ō du futur organisent un tournoi d’arts martiaux réunissant les meilleurs combattants des 12 Univers. Appelée « Le Tournoi du Pouvoir », cette compétition permet de réunir les 12 dieux de la destructions et leurs assistants, ainsi que les Kaiōshins représentant tous les Univers.

 

Liste des dieux de la destruction

 

Apparitions dans les jeux vidéo

Le dieu de la destruction, Beerus, apparaît dans de nombreux jeux vidéo :

Son frère jumeau, Champa, apparut en premier lieue dans le jeu d’arcade Dragon Ball Heroes et les IC Carddass Dragon Ball.

 

Anecdotes

  • Le terme « dieu de la destruction » est un terme qui est apparu dans Dragon Ball bien avant la création de ces dieux par Akira Toriyama. Ainsi, il n’est pas rare de retrouver cette qualification au sein de la série ou des jeux vidéo d’époque.
  • Cell, qui est un Humain Artificiel de type biologique, est surnommé « dieu de la destruction » dans le titre de l’épisode 160 de la série TV Dragon Ball Z, diffusée en 1992.
  • Lood, une Machine Mutante, qui apparaît dans la série TV Dragon Ball GT est également qualifié de « dieu de la destruction ».
  • Ī Shinron, un dragon maléfique qui apparaît dans Dragon Ball GT, se qualifie lui-même de « dieu de la destruction », lorsqu’il absorbe à nouveau les 6 autres Dragon Balls.
  • Gotenks s'auto-proclame "dieu de la destruction"

    Gotenks s’auto-proclame « dieu de la destruction »

  • Gotenks s’auto-proclame aussi comme un « dieu de la destruction » lorsqu’il vient tout juste de naître de la fusion, dans le jeu vidéo Dragon Ball Z : Legendary Super Warriors.
  • Broly est également qualifié ainsi dans le jeu vidéo Dragon Ball Z : Supersonic Warriors 2. De plus, dans le jeu vidéo Dragon Ball Z (Budokai 3), il existe aussi une capsule exclusive appelée « Enveloppe corporelle du dieu de la destruction » (« God of Destruction Body Wrap »).
  • Les dieux de la destruction et leurs assistants sont tous nommés d’après le champ lexical des alcools. Beerus et Whis proviennent respectivement de Beer (bière) et Whiskey, tandis que Champa et Vados proviennent de Champagne et Calvados.
  • Toppo, le leader des « Pride Troopers » de l’Univers 11 est décrit comme un guerrier ayant les capacités de devenir un potentiel candidat pour être le prochain dieu de la destruction.

 

Références

[1] Dragon Ball Chōzenshū 4 : Chō Jiten (La super encyclopédie) (2013)
[2] Saikyō Jump #6 de 2014
[3] Dragon Ball Super chapitre 15 (21 août 2016)