Réalisateur du dernier film en date, Dragon Ball Z : La résurrection de ‘F’ (Fukkatsu no ‘F’), sorti au Japon le 18 avril 2015, mais surtout Character Designer officiel de Dragon Ball Z (depuis 1992) et de Dragon Ball Super, Tadayoshi Yamamuro s’est livré à une interview donnée par nos confrères de Mision Tokyo.

Cette interview est en espagnol et je ne dispose pas de la possibilité de vous en faire des sous-titres, puisqu’elle n’est pas de nous. Je vous propose donc une traduction des questions/réponses dans leur intégralité (sous la vidéo) de cet entretient qui a eu lieu lors du XXI Salón del Manga de Barcelona, qui s’est tenu entre le 29 octobre et le 1er novembre à Barcelone, où Tadayoshi Yamamuro était invité.

 

Vidéo de l’interview

Traduction

Mision Tokyo : On a vu sur twitter qu’il pourrait y avoir un troisième film Dragon Ball Z, quelle est votre sentiment sur la question ?

Tadayoshi Yamamuro : Ah ! Ça serait bien qu’il y en ait un ! [Mais ce n’est pas une annonce officielle].

M.S : Comme pour Battle of Gods et La résurrection ‘F’ qui sont sortis en début d’année, il pourrait y avoir un troisième film en début d’année prochaine ?

T.Y : Ça serait bien en tout cas (rires).

M.S : Est-ce que ce sera un film « Dragon Ball Super » ?

On ne sait pas si ça serait du « Super » ou pas, mais tout dépendra de [Toriyama-]sensei.

M.S : Est-ce que c’est Akira Toriyama qui décide du contenu du film (Histoire, personnages, etc.) ou bien Tōei Animation ?

Si Toriyama-sensei écrit un scénario, alors tous les personnages et leur personnalités viennent de lui.

M.S : Est-ce qu’Akira Toriyama est le décisionnaire final dans les films de Tōei Animation ?

Comme c’est l’auteur original, c’est lui qui a le dernier mot sur tout.

M.S : Par le passé, Akira Toriyama n’a pas participé à certains films il me semble.

Il n’y a pas eu un seul film où il n’a pas été partie prenante puisque les personnages devaient ressembler à ceux qu’il pouvait faire. Ainsi, il donnait des indications aux directeurs de l’animation pour donner vie aux personnages.

M.S : Comment est né le projet « Dragon Ball GT », et pour quelle raison Tōei Animation a-t-elle pu faire une suite de la série originale Dragon Ball Z, alors que cette série et le manga Dragon Ball étaient terminés ?

Je sais pas exactement. Mais [Toriyama-]sensei a réalisé plusieurs dessins et esquisses pour la nouvelle série. C’est ce dont je me souviens. Ils ont ensuite servis pour les personnages de GT.

M.S : De nombreux personnages n’apparaissent que dans les films, comme Broly, par exemple. Lesquels de ces personnages voudriez-vous voir apparaître dans la série ?

Broly, peut-être.

M.S : Le premier film auquel vous avez participé en tant que directeur de l’animation était justement le premier film avec Broly ?

Oui.

M.S : Vous avez, ensuite, participé aux deux autres films dans lesquels Broly réapparaît…

Oui.

M.S : Vous aimeriez participer à une quatrième apparition du personnage ?

Une quatrième… ? Oui. (rires)

M.S : Vous pensez qu’il est possible qu’il y ait un autre film sur ce personnage, bien que son état ne permette normalement pas que ça puisse être possible ?

C’est possible, si on part du principe qu’on traite le passé du personnage.

M.S : Beaucoup de fans adultes trouvent que Dragon Ball Super s’infantilise beaucoup et aimeraient savoir s’il est envisageable de faire un film, par exemple, beaucoup plus adulte que l’ambiance de la série ?

Je pense qu’il se peut que la série TV soit effectivement d’avantage tourné vers les enfants. Et peut-être qu’avec un film on peut viser à la fois un public plus adulte et un public d’enfants.

M.S : Y a-t-il des personnages que vous avez créé pour la série TV originale ?

J’en ai fais tellement que je ne m’en souviens plus.

M.S : Des méchants ?

Je ne me souviens pas. Je me souviens de ceux des films, comme Janemba, par exemple

M.S : Qu’est-ce qui vous a inspiré pour Janemba ?

Je voulais faire un démon avec un regard mauvais, en adéquation avec toute l’ambiance des Enfers, où il apparaît.

M.S : C’est un personnage bien-portant et qui fait le mal juste pour s’amuser, un peu comme Majin Buu, n’est-ce pas ?

Oui, sous sa forme de gros bonhomme.

M.S : Je voulais connaitre votre avis sur les nouvelles transformations que sont le Super Saiyand God et le Super Saiyan God SSJ (Super Saiyan Blue), ainsi que leur position vis à vis du Super Saiyan 4.

Pour tout vous dire, je considère que le Super Saiyan 4 est encore après le Super Saiyan God. Puisque ça se passe dans GT, qui se déroule après l’Arc Buu, tandis que ces transformations apparaissent à l’époque de Buu.

M.S : Akira Toriyama est-il au courant que la série TV DBGT est une suite totalement à part, qui n’a rien à voir avec son manga ?

(rires). Je pense simplement qu’on peut considérer la série comme un spin-off. Puisque le manga ne pouvait pas continuer, tandis que la série TV, elle, a continuée.

Comme c’est une suite de Tōei Animation, elle ne fait pas partie du script original de [Toriyama-]sensei. C’est donc une série originale.

M.S : Comment s’est passé votre passage de Shindō Production à Tōei Animation ? [à l’époque où il était animateur sur la série : voir fiche]

A la base je bossais sur la série TV [Dragon Ball Z] au studio Shindō Pro, puis le producteur de la série, Kōzō Morishita, m’a demandé si ça me plairait de participer aux films. Après avoir fait un film [le premier avec Broly], j’étais en freelance et j’ai ainsi continué avec Tōei Animation, par la suite.

M.S : Pourquoi avoir choisi Tōei Animation, en particulier ?

Parce que j’ai pensé que je pouvais avoir pas mal de travail. (rires)

M.S : Vous avez succédé à Minoru Maeda [En tant que Character Designer sur la série]. Avez-vous plutôt utilisé les modèles de Minoru Maeda ou bien ceux d’Akira Toriyama pour les Chara Designs des personnages de la série ?

Je me souviens qu’à cette époque je tentais de me rapprocher au mieux des dessins d’Akira Toriyama-sensei.

M.S : Est-il vrai que que plusieurs studios [d’animateurs] différents étaient impliqués dans la production de Dragon Ball ? Par exemple, l’épisode 1 par tel studio, l’épisode 2 par un autre, etc, ?

Oui, il y avait 7 ou 8 groupes d’animateurs qui travaillaient chaque semaines sur des épisodes différents.

M.S : C’est pour cela que le style graphique et la qualité varient autant d’un épisode à l’autre ?

Oui, tout à fait. C’est beaucoup de travail que de faire un anime. Avec beaucoup d’heures de travail. Homogénéiser la qualité est un travail vraiment compliqué.

M.S : Quelle est la différence entre travailler sur une série TV et travailler sur un film ? Et quel travail préférez-vous, et pourquoi ?

Je pense qu’il faut tout d’abord que la série TV donne envie d’être vue, sinon personne n’ira voir l’adaptation au cinéma. Pour une série TV on nous demande souvent de faire 3500 dessins par exemple, dans un temps limité. Tandis que pour des films ça fonctionne par coupes. Ça peut être plusieurs milliers de dessins.

Pour un épisode d’une série TV on travail généralement pendant une très courte durée. On a moins d’un mois et demi pour tout faire (parfois moins, surtout aujourd’hui) et après ça continue. C’est un sentiment d’éternel recommencement.

Dans le cas d’un film, on a généralement un an et demi pour le faire, en considérant l’écriture du scénario.

Je pense que je préfère peut-être faire les films.

M.S : Que pensez-vous de la polémique sur l’épisode 05 de Dragon Ball Super ?

(rires). L’animation étant quelque chose en mouvement, il arrive parfois que si l’on s’arrête sur des images les dessins soient comme « cassés ». Je pense qu’il faut considérer l’animation comme quelque chose en mouvement et non quelque chose qui doit être figé.

M.S : La qualité globale des films que vous avez dirigé il y a déjà plusieurs années (avec Janemba ou Tapion) était de bien meilleure facture que celle de la série TV Dragon Ball Super, produite aujourd’hui, en 2015. Comment est-il possible que des productions des années 90 soient meilleures ? Est-ce Dragon Ball Super ne devrait pas être de meilleur qualité ?

(rires). Euh… Pour une série TV, il y a une deadline chaque semaine. Le travail doit être rendu dans la semaine. Je pense qu’en terme de planning c’est quelque chose de vraiment très compliqué.

M.S : M. Yamamuro, vous êtes considéré par beaucoup de fans comme l’un des meilleurs animateurs de Dragon Ball. Auriez-vous un message à leur adresser ?

Je suis vraiment ravis qu’il y ait autant de fans de mon travail. Merci à eux.

M.S : Jusque quand pensez-vous pouvoir continuer à travailler sur Dragon Ball ?

Jusqu’à ce que je ne puisse plus dessiner, peut-être (rires).

M.S : Quel sera le futur de Dragon Ball ? Qu’en attendez-vous ?

Je pense que ça va sûrement continuer d’être transmis de génération en génération.

Il se peut aussi que tout recommence depuis le début, comme avec une histoire originale (avec Gokū enfant). Si c’est ce que tout les fans du monde entier souhaitent.

M.S : Comment qualifieriez-vous l’état général de l’animation japonaise [de tous les studios], de nos jours ? Est-elle en crise ?

En dehors de mon travail, je ne regarde pas d’anime (rires). Donc je ne sais pas exactement.

M.S : Vous avez aussi travaillé sur One Piece, Toriko, Dr Slump… Sur quel anime avez-vous préféré travailler ?

Je n’arrive pas à dessiner Luffy de One Piece (rires). Les lunettes étaient très compliqué à faire dans Dr Slump, sinon… Et les lignes d’Aralé étaient assez difficiles donc je n’étais pas très doué pour ça. Je pense que je préfère travailler sur Dragon Ball.

M.S : Merci d’être venu à Barcelone au Salón del Manga et d’avoir accepté cette interview avec Mision Tokyo.

Merci à vous.

———————————————————————

Interview traduite par mes soins pour DragonBall-Ultimate