Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Planète Vegeta

La planète Vegeta (惑星ベジータ, Wakusei Bejīta), autrefois appelée « Planète Plant » (惑星プラント, Wakusei Puranto), est la planète sur laquelle sont nés les Saiyans de l’Univers 7, comme Son Gokū et Vegeta.
Autrefois, cette planète était peuplée par les Tsufurs, et avant cela, par les Plants. Ceux-ci furent exterminés et les Saiyans prirent possession de la planète, qui fut rebaptisée « Planète Vegeta », du nom de son souverain.

 

Caractéristiques

La planète Vegeta, dans le TV Special DBZ
La planète Vegeta, dans le TV Special DBZ
La planète Vegeta n’apparaît pas dans l’œuvre originale, en dehors d’une case dans le chapitre 307. Toutes les représentation de la planète Vegeta ont donc d’abord été produites pour l’anime.[3]
Dans le premier TV Special Dragon Ball Z, c’est une planète rouge gravitant autour de deux étoiles. Elle est très avancée sur le plan technologique, comme en témoignent ses villes futuristes.[2]
Il est dit que sa gravité est au moins 10 fois supérieure à celle de la Terre.[4] Cette intense gravité prodigue aux Saiyans une force physique incroyable. Cependant, les Tsufurs, qui ont aussi grandis sur cette planète, sont beaucoup plus petits que les Saiyans et bien moins résistants.[5]
 
Une cité Tsufur, sur la Planet Plant
Une cité Tsufur, sur la Planet Plant
Dans la série animée, on découvre la planète Vegeta avant qu’elle ne soit conquise par les Saiyans. Elle ressemble alors à une planète bleue aux déserts arides, avec quelques villes futuristes. Les Saiyans vivent en marge des Tsufurs, dans des habitations situées à l’extérieur des villes.[5]
La pleine lune n’a lieue que tous les 8 ans sur la planète Vegeta, d’après Kaiō. Ce facteur déterminant permit aux Saiyans d’écraser totalement les Tsufurs, une fois transformés en singe géants.[5]
 
Dans Dragon Ball Minus, il existe des petits villages où vivent les Saiyans, sur la planète Vegeta. C’est dans l’un de ces villages que vivent Bardock et Giné, les parents de Kakarotto (Son Gokū) et Raditz.
Bardock, sur la planète Vegeta
Bardock, sur la planète Vegeta
Lorsque Bardock et Giné dérobent un pod spatial pour envoyer leur deuxième fils, Kakarotto, en dehors de la planète Vegeta, ils s’arrêtent dans un désert rocailleux, éloigné des habitations.[6]
Dans cette histoire, le lieu d’habitation de Bardock et sa famille ressemble beaucoup à la planète Plant, telle qu’elle apparaît dans Dragon Ball : Episode of Bardock. Dans cette histoire se déroulant dans le passé, la planète Plant est habitée par les Plants. Ceux-ci vivent dans des petits villages disséminés sur la planète. Leurs maisons sont faites de pierres et de terre et il n’existe pas de ville à proprement parler et encore moins de buildings.

 

Histoire

Dragon Ball : Episode of Bardock

Article : Dragon Ball : Episode of Bardock

Les habitants de la planète Plant
Les habitants de la planète Plant
Dans cette histoire écrite par Naho Ooishi, Bardock retourne dans le passé et découvre les premiers habitants de la planète Vegeta, avant qu’elle ne soit conquise par les Saiyans et colonisée par les Tsufurs ; lorsqu’elle s’appelait encore « Planète Plant ».
On découvre une planète rouge, où vivent les Plants, dans des maisons taillées dans la roche. Ceux-ci n’ont jamais entendu parler des Saiyans et sont très surpris de découvrir Bardock, qu’ils aident volontiers.
À cette époque, Chilled, un ancêtre de Freeza, tente de s’attaquer aux Plants. Bardock s’oppose alors à lui et parvient à le vaincre, après être devenu un Super Saiyan. Avant cette bataille, Chilled n’avait jamais entendu parler des Saiyans. Mais après le combat, l’Univers tout entier saura qu’il existe un Super Saiyan…

 

Guerre entre les Saiyans et les Tsufurs

Cohabitation

Les Saiyans arrivent sur la planète
Les Saiyans arrivent sur la planète
À une époque inconnue, les Tsufurs devinrent les habitants de la planète Plant. À l’Age 550, ils furent rejoints par les Saiyans, qui débarquent un beau jour sur la planète, à l’aide d’un mystérieux vaisseau spatial.[2][5]
Les deux espèces cohabitèrent quelques temps. Les Saiyans vivaient à l’extérieur des villes, dans des maisons faites de roches et de terre, tandis que les Tsufurs vivaient dans de grandes villes futuristes. Du fait de leur technologie très avancée, les Tsufurs parvenaient à se défendre contre les Saiyans.
Ils développèrent des armes pour se défendre, mais aussi des Scouters pour localiser leurs ennemis et savoir combien ils étaient.
 

Extermination des Tsufurs

Les Saiyans attaquant les Tsufurs
Les Saiyans attaquant les Tsufurs
La situation entre les Saiyans et les Tsufurs s’envenima vers l’Age 720 et le caractère conquérant et violent des Saiyans les poussa à attaquer les Tsufurs. Menés par celui qui deviendra le roi Vegeta, les Saiyans menèrent l’assaut final vers l’Age 730 ! Plus grands et plus puissants que les Tsufurs, les Saiyans n’eurent pas trop de mal à les soumettre.
La nuit de pleine lune qui a lieue tous les 8 ans sur la planète Plant permit aux Saiyans de porter un coup décisif à cette bataille.[5] Ils se transformèrent en singe géants et exterminèrent tous les Tsufurs, qui les traitaient comme des esclaves, d’après les dires de Vegeta.[8]
Acculés par les Saiyans et tandis que leur espèce se faisait décimer, des Tsufurs entreprirent de s’échapper de la planète Plant. Le Dr. Raichī, qui avait mis au point un dispositif d’amplification de la haine envers les Saiyans pour s’en servir comme arme et les vaincre, fut tué au moment de décoller de la planète Plant. Son vaisseau spatial décolla, malgré tout, avec à son bord le cadavre de Raichī et Hatchihyack, son dispositif d’amplification de la haine.[8]
Guerre totale sur la planète Plant
Guerre totale sur la planète Plant
Ailleurs sur la planète, les cellules du roi Tsufur furent utilisées pour créer une forme de vie parasitaire qui serait à même de survivre. Cette forme de vie fut envoyée dans l’espace et continua à se développer, jusqu’à se faire connaître sous le nom de Baby.[9]
Après la victoire des Saiyans sur les Tsufurs et l’extermination totale de ces derniers, la planète Plant fut renommée « Planète Vegeta »,[5] en l’honneur du souverain.

 

Pacte d’entente avec Freeza

Les Saiyans s'emparent de la technologie Tsufur et voyagent dans l'espace
Les Saiyans s’emparent de la technologie Tsufur et voyagent dans l’espace
Les Saiyans absorbèrent la technologie Tsufur et s’en servirent pour voyager dans l’espace, conquérir des planètes et s’enrichir.
Très vite, ils conclurent des pactes avec d’autres espèces pour continuer de livrer des combats.[5] C’est ainsi qu’ils conclurent un pacte avec Freeza, durant l’Age 731.[2]
Le tyran employait les services des Saiyans, qui sont une race de combattants, et leur permettait de survivre dans son Empire, tout en continuant à livrer des batailles pour conquérir des planètes qui pourront être revendues.[2]
La planète Vegeta évolua sous l’influence de Freeza et se transforma peu à peu. Les Saiyans étaient pratiquement tous envoyés en mission pour le compte de Freeza. Leur force de combat était calculée aussitôt après leur naissance et permettait de savoir dans quelle caste ils allaient atterrir. Les plus faibles étaient soit envoyés sur d’autres planètes à faible résistance pour des conquêtes, soit devenaient ingénieurs. Les plus forts venaient renforcer les rangs de l’armée et partaient exécuter des missions sur diverses planètes.
Vers l’Age 735, les Saiyans devinrent plus nombreux et puissants et Freeza commença à s’inquiéter de les voir devenir plus forts. Inquiet par ce qu’ils pourraient faire si jamais ils se rebellaient en nombre, ainsi que par la légende du Super Saiyan, Freeza commença à changer ses plans.
Freeza approchant la planète Vegeta
Freeza approchant la planète Vegeta
Durant l’Age 737, tandis que les rapports entre Freeza et les Saiyans s’envenimaient, plusieurs jeunes Saiyans furent envoyés en missions sur d’autres planètes : Raditz, Vegeta et Nappa furent, par exemple, envoyés conquérir une planète pour le compte de Freeza et de son armée.
Apprenant l’existence d’un récit évoquant un « Super Saiyan God », l’armée de Freeza renforça sa méfiance envers les Saiyans. Au même moment, Freeza projetait de détruire la planète Vegeta, avec tous les Saiyans qui y habitaient.
Pour ce faire, il ordonna à tous les Saiyans de se réunir sur la planète, sans raison particulière. Pressentant un mauvais coup de la part de Freeza, Bardock s’arrangea pour que son deuxième fils, Kakarotto, quitte la planète Vegeta sans se faire remarquer. Le bébé fut envoyé en mission en direction de la Terre, quelques temps avant la destruction de la planète Vegeta.[6]

 

Destruction de la planète Vegeta

Freeza détruit la planète Vegeta
Freeza détruit la planète Vegeta
Durant l’Age 737, alors que Kakarotto, qui deviendra Son Gokū, arrivait sur Terre et était recueilli par grand-père Son Gohan, la planète Vegeta fut totalement détruite par Freeza.
Malgré l’opposition de Bardock, le tyran n’eut aucun mal à exterminer les Saiyans avec leur planète. Vegeta, Raditz et Nappa, qui se trouvaient sur une autre planète à ce moment-là, reçurent un rapport indiquant que la planète Vegeta avait été détruite par une immense météorite et qu’il n’y avait aucun survivant.[6]
Les trois Saiyans continuèrent à travailler sous les ordres de Freeza, jusqu’à l’Age 762, où la vérité éclata au grand jour.
Vers l’Age 778, le dieu de la destruction, Beerus, se réveilla d’un sommeil de 39 années et ce fut alors l’occasion d’apprendre qu’il avait chargé Freeza de détruire les Saiyans et la planète Vegeta, car il n’aimait pas le roi Vegeta et son caractère insolant.

 

Apparitions dans les jeux vidéo

La planète Vegeta dans Sparking! Meteor
La planète Vegeta dans Sparking! Meteor
Dans le jeu GameBoy Advance, Dragon Ball GT : Transformations, la Planète Tsufur de Baby-Vegeta est le dernier niveau du jeu. On y rencontre des Machines Mutantes, des lutteurs fous, et plusieurs autres ennemis. Le boss final n’est autre que Baby-Vegeta, transformé en singe géant.
 
Dans Dragon Ball Z : Sparking! Meteor (Budokai Tenkaichi 3), l’arène de combat « Planète » semble être inspirée, en grande partie, par la planète Freeza N°79 et la planète Vegeta du premier TV Special.
Cependant, la planète Vegeta que l’on connait apparaît en guise d’arène pour des combats dans l’espace. Reprenant l’endroit où Bardock a livré bataille contre Freeza et son armée, cette arène propose de combattre sur le vaisseau spatial de Freeza, en orbite autour de la planète Vegeta.
La planète Vegeta, dans Xenoverse 2
La planète Vegeta, dans Xenoverse 2
La planète Vegeta apparaît, ensuite, en tant qu’arène de combat dans Dragon Ball Heroes, Dragon Ball : Xenoverse et Dragon Ball : Xenoverse 2. Dans Xenoverse, il faut télécharger le premier GT DLC Pack pour pouvoir l’obtenir.

 

Anecdotes

    La planète Vegeta, dans la série TV
    La planète Vegeta, dans la série TV
  • Raditz est le premier personnage à dévoiler l’existence de la planète Vegeta, dans l’histoire de Dragon Ball.[1]
  • La planète Vegeta change d’aspect au gré de ses apparitions dans les médias. Dans Episode of Bardock, le TV Special Dragon Ball Z et Battle of Gods, c’est une planète rouge. Mais dans la série TV Dragon Ball Z, la série TV Dragon Ball GT, Le plan d’extermination des Saiyans et son remake, c’est une planète bleue, semblable à la Terre.
  • Dans le 1er TV Special Dragon Ball Z, l’aspect de la planète Vegeta et de ses bâtiments sont assez semblables à l’aspect de la planète Freeza N°79. C’est une des rares fois où l’on voit ce type de construction sur la planète Vegeta, parmi les diverses adaptations. Il n’est pas impossible que le staff de l’anime ait repris les bases de la planète Freeza N°79 pour le design de la planète, dans cet épisode spécial. Puisque la planète Vegeta n’était pas encore apparue dans le manga.
  • Dans la série animée Dragon Ball Z, Kaiō expliqua à Gokū que la planète Vegeta avait été détruite par un dieu qui n’appréciait pas la méchanceté des Saiyans et avait envoyé plusieurs météorites contre la planète, pour la détruire et les punir. Cette histoire était-elle racontée intentionnellement pour cacher la vérité à Gokū ? En tout cas, Kaiō connaissait Freeza et il savait certainement ce qui était arrivé à la planète Vegeta.
      Kaiō mentionne un dieu qui décida de détruire la planète Vegeta
      Kaiō mentionne un dieu qui décida de détruire la planète Vegeta
    • Dans le film Dragon Ball Z : La résurrection de ‘F’ et dans la série animée Dragon Ball Super, on apprend que Beerus a demandé à Freeza de détruire la planète Vegeta. Cette anecdote vient matcher avec le récit de Kaiō, de façon ironique. Avec le recul, on pourrait se dire qu’il s’agissait donc d’une allusion à Beerus. Mais en 1989, lorsque cette histoire fut écrite, le dieu de la destruction n’existait pas encore.
  • Dans le chapitre Dragon Ball Minus, en plus de craindre l’alliance des Saiyans et la légende du Super Saiyan, Freeza évoque aussi le Super Saiyan God, une légende qu’ignore pourtant le prince Vegeta. Freeza détruit ainsi la planète Vegeta, craignant l’apparition d’un Super Saiyan ou d’un Super Saiyan God ; deux formes finalement atteintes par Son Gokū, des années plus tard.
  • Dans le premier TV Special Dragon Ball Z, Freeza constate l’évolution du nombre des Saiyans et leur puissance qui va en augmentant. Mais c’est Zarbon qui lui glisse à l’oreille l’idée que cela pourrait mal tourner si jamais tous les Saiyans venaient à s’allier contre eux. D’une certaine façon, dans cette histoire, Zarbon est aussi responsable de la suite des évènements.
  • Dans le jeu vidéo Dragon Ball Z : Sparking! Meteor (Budokai Tenkaichi 3), l’arène de la planète Vegeta s’inspire de celle qui apparaît dans le TV Special Dragon Ball Z et ressemble beaucoup à la planète Freeza N°79.

 

Références

Tags
Voir davantage

Gokuda003

Fan inconditionnel de Dragon Ball. Créateur, Webmaster, Administrateur, Rédacteur en chef de DragonBall Ultimate. J'aime aussi le Japon, sa langue et sa culture, ce qui me permet de vous offrir des traductions directes des news et des informations provenant des ouvrages.

Voir aussi

Close